Retour haut de page

Accueil du site > Publications récentes > Second random-phase approximation with the Gogny force : First applications

Second random-phase approximation with the Gogny force : First applications

By : M. Grasso

La seconde ’random-phase approximation’ (SRPA) est une extension de la RPA, où les configurations 1 particule- 1 trou de la RPA sont couplées et mélangées au configurations 2 particule- 2 trou (2p2h). Cela permet une description plus riche des états excités de basse énergie ainsi que des résonances géantes, et fournit aussi un cadre où les largeurs des états excités peuvent être décrites grâce au couplage avec les configurations 2p2h.

Ces dernières années, les premiers calculs de SRPA avec l’interaction de Skyrme ont été réalisés sans recourir aux approximations usuelles qui simplifient le calcul numérique. Dans ces calculs, tous les termes ont été pris en compte dans la matrice à diagonaliser et les termes de réarrangement ont été calculés et inclus proprement.

Sur la base de cette expertise acquise avec l’interaction de Skyrme, nous avons récemment réalisé le même type de calcul avec l’interaction de portée finie de Gogny et nous avons montré les premières applications. Si, d’une part, les termes de portée finie de l’interaction de Gogny apportent une plus grande stabilité aux résultats par rapport à l’interaction de Skyrme, certaines anomalies apparaissent : il s’avère que certains éléments de matrice de type neutron-proton sont trop grands et pèsent trop dans la diagonalisation. En effet, ce canal de l’interaction de Gogny n’est pas du tout contraint par les procédures usuelles d’ajustement des paramètres. Nos calculs indiquent clairement la nécessité de mieux maîtriser cette contribution neutron-proton de l’interaction en étendant les procédures d’ajustement. Une piste possible pourrait être de contraindre (ou au moins de tester) les jeux de paramètres en appliquant le modèle RPA avec échange de charge, où des éléments de matrice neutron-proton contribuent de manière naturelle dans le calcul.

Voir en ligne : Phys. Rev. C 86, 021304(R) (2012)


 

IPN

Institut de Physique Nucléaire Orsay - 15 rue Georges CLEMENCEAU - 91406 ORSAY (FRANCE)
UMR 8608 - CNRS/IN2P3

Ce site est optimisé pour les navigateurs suivants Firefox, Chrome, Internet explore 9