Retour haut de page

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Séminaires

« avril 2017 »
L M M J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Accueil du site > Activités scientifiques et techniques > Astrophysique > Astrochimie > La fragmentation

La fragmentation

Dans un atome l’énergie d’excitation électronique possède deux voies de sorties : la désexcitation radiative et (ou) l’émission d’électron ( effet auger). Dans la molécule, les états électroniques peuvent très efficacement se coupler au mouvement des centres ioniques et conduire alors à la fragmentation.

Devant le très grand nombre d’états microscopiques impliquées dans la fragmentation (configurations géométriques, moments cinétiques, états électroniques moléculaires excités …) une approche statistique est susceptible de pouvoir décrire le comportement de la fragmentation. Nos mesures de rapports d’embranchement pour la fragmentation de petits agrégats de carbone neutre créés par capture électronique ont favorablement testé une approche statistique micro canonique construite sur des calculs de structure microscopiques.

Comparaison expérience théorie pour la fragmentation du C8* créé par échange de charge dans la collision C8++He-> C8*. Les points noirs correspondent aux mesures de rapports de branchement des voies de fragmentation. Les carrés rouges sont issus d’un calcul statistique dit MMMC.

Nos travaux portent actuellement sur la fragmentation des espèces chargées et sur le rôle de la complexité chimique sur la validité des approches statistiques. Des observables supplémentaires (information sur les moments des fragments) seront enregistrées dans nos prochaines expériences.


 

IPN

Institut de Physique Nucléaire Orsay - 15 rue Georges CLEMENCEAU - 91406 ORSAY (FRANCE)
UMR 8608 - CNRS/IN2P3

Ce site est optimisé pour les navigateurs suivants Firefox, Chrome, Internet explore 9