Retour haut de page

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Séminaires

« mars 2017 »
L M M J V S D
27 28 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

Accueil du site > Activités scientifiques et techniques > Astrophysique > Astrochimie > Application en astrochimie

Application en astrochimie

Plus d’une centaine d’espèces chimiques ont déjà été observées dans le milieu interstellaire. Avec l’arrivé de nouveaux télescopes tel ALMA ou d’observatoires embarqués sur des satellites tel Hershell ces molécules sont appelés à être de plus en plus utilisés comme des marqueurs de l’évolution complexe des nuages interstellaires. L’interprétation des observations est réalisée grâce à de puissants réseaux de calcul chimique modélisant la création et la destruction des molécules soumises aux conditions physiques dans la région observée.

Les espèces moléculaires électroniquement excitées comme celle que nous étudions sont présentes dans le milieu interstellaire. Trois processus physiques sont responsables de leur création : la recombinaison électronique ( un électron et une molécule chargée se recombine), la photodissociation ( une molécule est excitée par absorption d’un photon) et enfin la collision de haute vitesse (une molécule est excité et (ou) ionisée par le rayonnement cosmique ( essentiellement des protons). Nos mesures permettent de renseigner les rapports d’embranchements de la fragmentation des molécules électroniquement excitée dans les bases de données disponibles pour les astrochimiste.

Évolution dans le temps de la concentration en C5H d’un nuage moléculaire nH=1000/cm3, T°=50K, Av=1. ?

En trait plein : Base OSU ?

En trait pointillé : Base OSU corrigée.


 

IPN

Institut de Physique Nucléaire Orsay - 15 rue Georges CLEMENCEAU - 91406 ORSAY (FRANCE)
UMR 8608 - CNRS/IN2P3

Ce site est optimisé pour les navigateurs suivants Firefox, Chrome, Internet explore 9