Retour haut de page

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Séminaires

« janvier 2017 »
L M M J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

Accueil du site > Nouvelles scientifiques > « ALTO révèle l’existence de coexistence de formes au voisinage de 78Ni "

« ALTO révèle l’existence de coexistence de formes au voisinage de 78Ni "

A. Gottardo, D. Verney, C. Delafosse, F. Ibrahim, B. Roussière, C. Sotty, S. Roccia, C. Andreoiu, C. Costache, M.-C. Delattre, I. Deloncle, A. Etilé, S. Franchoo, C. Gaulard, J. Guillot, M. Lebois, M. MacCormick, N. Marginean, R. Marginean, I. Matea, C. Mihai, I. Mitu, L. Olivier, C. Portail, L. Qi, L. Stan, D. Testov, J. Wilson, and D. T. Yordanov

L’observation d’un état fondamental déformé dans 32Mg (N=20) et l’existence d’une coexistence de forme dans 44S (N=28), noyaux possédant un nombre magique de neutrons et donc attendus de forme sphérique, a profondément bouleversé la compréhension de la structure des noyaux riches en neutrons. Elle met en évidence la disparition, dans certains noyaux riches en neutrons, de nombres magiques établis pour la matière stable et l’émergence de nouveaux nombres magiques loin de la vallée de stabilité.

Une telle évolution de structure est-elle attendue pour d’autres nombres magiques ?

De nombreux efforts ont été déployés auprès de l’installation ALTO à Orsay afin d’étudier les noyaux proches de 78Ni et de la fermeture de couche N=50. Grâce à la connaissance obtenue de cette région de masse, une coexistence de formes dans la région semblait s’établir, il ne restait plus qu’à la mettre expérimentalement en évidence.

L’intensité nominale de 10µA du faisceau d’électrons a été utilisée pour produire un faisceau pur de 80Ga par la technique ISOL à ALTO.

Les ions étaient implantés sur une bande de mylar aluminisée entourée d’un dispositif de détection bêta, gamma et des électrons de conversion. Pour ces derniers, un détecteur Si(Li) refroidi à l’azote liquide était placé au plus près de la source de 80Ga implantée. Ce détecteur a permis la mise en évidence d’une transition monopolaire électrique E0, indiquant que le premier état excité de 80Ge est en fait de spin-parité 0+, au lieu de 2+ comme c’est habituellement le cas.

La seule manière d’expliquer une si grande énergie de liaison pour ce second état 0+ de 80Ge est de l’associer à une configuration n’appartenant pas à l’espace naturel de valence et très probablement déformée.

Ainsi, contrairement à ce qui se passe habituellement pour ce type de noyaux où le mode d’excitation 2+ est le plus favorable et associé à la brisure d’une paire de neutrons ou de protons, le 80Ge quant à lui préfère changer de forme intrinsèque. En conclusion, la fermeture de couche de neutrons dans la région de 78Ni reste juste assez robuste pour préserver le caractère magique du nombre N=50.


PNG - 20.7 ko
PNG - 80 ko
Adapted from A. Gottardo et al., Phys. Rev. Lett. 116, 182501 (2016)

Voir en ligne : http://journals.aps.org/prl/abstract/10.1103/PhysRevLett.116.182501


 

IPN

Institut de Physique Nucléaire Orsay - 15 rue Georges CLEMENCEAU - 91406 ORSAY (FRANCE)
UMR 8608 - CNRS/IN2P3

Ce site est optimisé pour les navigateurs suivants Firefox, Chrome, Internet explore 9